Aller au contenu

Évaluation et traitement de la douleur

Notre engagement : soulager la douleur postopératoire 

Vous ou votre enfant allez bénéficier d’une intervention à la clinique.

Vous vous posez des questions sur votre confort postopératoire : vais-je être soulagé ?
Les médecins et le personnel m’écouteront-ils et s’adapteront-ils à tous les évènements avec tous les moyens disponibles et utiles ?
Vous soulager, c’est certes disposer de médicaments et de matériels modernes mais c’est aussi une écoute, une communication et un accompagnement tout au long de votre séjour.
Depuis des années, les équipes soignantes s’engagent à prendre en charge votre confort et votre bien être et sont formées en ce sens.

Votre participation est essentielle 

Soyez acteur de votre prise en charge : posez des questions avant et après l’intervention, parlez de votre douleur et répondez de votre mieux aux questions des soignants qui vont évaluer votre confort et mettre en oeuvre des actions afin de vous soulager. Favoriser la coopération et la communication entre soignant/soigné, c’est partager les expertises respectives afin de réaliser une analgésie la plus adaptée.


La douleur est une affaire personnelle

L’inconfort postopératoire peut être différent ou exprimé différemment d’une personne à l’autre. Chaque individu est différent et la sensibilité peut varier dans de grandes proportions selon votre vécu, vos antécédents, vos souvenirs, votre confiance et votre ressenti propre à vous. Vous êtes la personne la mieux informée sur votre confort. Les doses de médicaments et les techniques sont donc adaptées à ce que vous êtes et à ce que vous ressentez et exprimez.

Evaluer la douleur et l’efficacité avec laquelle elle est soulagée est nécessaire. La méthode la plus utilisée reste celle qui consiste à vous demander de chiffrer votre douleur par un nombre compris entre 0 et 10.
0 = douleur absente
10 = douleur très intense
En répétant cette méthode, on peut mesurer le soulagement provoqué par le traitement et ainsi optimiser votre prise en charge.


Les antalgiques sont nécessaires

Qu'est-ce qu'un antalgique ?
C’est un médicament que le médecin vous prescrit pour soulager votre douleur. Il existe de nombreux types d’antalgiques depuis le paracétamol jusqu’à la morphine. Si la morphine vous est prescrite, elle le sera à des doses qui n’entraînent pas de dépendance. Parfois elle sera délivrée par pompe réglée et surveillée pour que vous puissiez vous en servir en autonomie et en toute sécurité.

Quelles sont les techniques antalgiques ?
Les antalgiques sont pris par la bouche de plus en plus rapidement et dès que possible. La voie péridurale est utilisée dans certaines indications avec grande efficacité. Le cathéter périnerveux, utilisé fréquemment en orthopédie, délivre des antalgiques locaux au voisinage du nerf et permet une réhabilitation et une rééducation améliorées. Le MEOPA (gaz relaxant et analgésiant) peut vous être proposé afin de vous procurer confort lors d’un soin délicat. Le froid est un anti inflammatoire qui peut être utilisé localement sous forme de vessie de glace.


Contribuer à son confort postopératoire est gage de réussite

Anticipez votre inconfort
Répartissez vos prises d’antalgiques de façon systématique et régulière, principalement dans les premiers jours postopératoires.
Anticipez une prise d’antalgique 30 minutes avant un pansement ou une séance de kinésithérapie (l’infirmière vous conseillera).
Exprimez les premiers symptômes afin de les traiter rapidement.

Favorisez votre confort
Privilégiez des visites courtes, des programmes télévisés paisibles, une lumière tamisée. Le calme est important et ressourçant. Installez vous confortablement, laissez vous guider et aider par l’équipe soignante (ex : tête et buste surélevés si vous avez été opéré de la tête ou du cou, un coussin sous vos genoux si vous avez le dos fragile…) et servez vous de la commande électrique de votre lit.